PAF Bordeaux et Merignac : Les oubliés de l'administration

07 mai 2018

Après la vague d’attentats qui a frappée notre pays, les «pafistes» bordelais ont été parmi les premiers à se mobiliser et donner de leur personne afin de sécuriser l’aéroport de Bordeaux et répondre aux attentes de la population.

 

Les «pafistes» se sont rapidement adaptés ! C’est la force des policiers. Toutefois, voilà plus de deux ans que les agents travaillent à un rythme effréné, n’hésitant pas à pousser leur organisme au maximum.

 

Les conditions de travail se dégradent, nos collègues ne sont plus en mesure d’assurer correctement les missions de sécurité qui leurs sont confiées.

 

Ils s’essoufflent et redoutent le rush de la période estivale, alors que le trafic aérien bordelais est toujours à la hausse, malgré l’annulation de plus d’une centaine de vols en raison de divers mouvements de grève, les effectifs restent les mêmes !

 

Et après : Ce stade ultime s’appelle le Burn-Out ! Quelle est la solution ? 

 

Alors qu’UNITÉ SGP POLICE FO n’a de cesse de «tirer la sonnette d’alarme» depuis plus de deux ans au niveau national, régional ou départemental, sur les nécessités de renforts d’effectifs, nous sommes dépités de constater que le télégramme national de postes ouverts à la mutation a exclu la DZPAF Bordeaux et la PAF Mérignac.

 

UNITÉ SGP POLICE FO réitère sa demande, afin que de nouveaux effectifs soient déployés à la PAF Bordeaux (Brigades et Quart judiciaire) ainsi qu’au Centre de Rétention Administrative.

 

UNITÉ SGP POLICE FO saisit la presse locale afin de sensibiliser les conditions dans lesquelles travaillent nos collègues.

 

Vos conditions de travail, notre priorité au quotidien !

RégionsÉchos de la région SUD-OUEST