On n'en peut plus, on en prend plein la gueule

02 décembre 2018

"On n'en peut plus, nous non plus. On en prend plein la gueule", déclare Yves Lefebvre, un policier révolté appartenant à UNITÉ SGP POLICE / FSMI-FO, samedi 1er décembre sur France Inter. Il appelle le président de la République Emmanuel Macron à "prendre ses responsabilités", au troisième acte de la mobilisation des gilets jaunes.

 

"Les flics ne vont pas rester le dernier rempart face à l'insurrection. On n'en peut plus, nous non plus. On en prend plein la gueule en permanence alors maintenant, je sors de mon devoir de réserve, c'est très clair, je demande, j'en appelle au président de la République de prendre ses responsabilités, parce que les flics ne vont pas servir de dernier bastion quitte à laisser leur peau par terre.

 

Ça, il en est hors de question", déclare le policier qui lance aussi un appel au Premier ministre Édouard Philippe et au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

 

"En face de nous, on a des criminels, des types qui veulent tuer du flic" Yves Lefebvre dénonce le vol d'un fusil d'assaut dans une voiture de police samedi 1er décembre à Paris et assure qu'ils ne l'ont pas pris pour faire des guirlandes, c'est clair, donc on a des types, des criminels, en face de nous qui veulent tuer du flic".

 

Selon ce policier, les débordements violents se sont durcis dans la soirée : "On n'est plus sur les séquences qu'on a connu le matin avec les casseurs, les black blocs, les extrémistes de droite ou de gauche. Là, maintenant, on est rentrés dans une phase d'ultra-radicalisation, on est aujourd'hui à deux doigts de l'insurrection si nous ne sommes pas déjà en insurrection.

 

On ne sait pas si on va s'en sortir [ce soir], moi je vous le dis très clairement, on ne sait pas si on va s'en sortir".

PublicationLu pour vous